Chargement de la vidéo...

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Partager

Lien
Intégrer la vidéo

Métriques

Consultations de la notice

115

Téléchargements de fichiers

16

SÉMINAIRE DOCTORAL LIMINAL (7)
Subjectivités face à l’exil : positions, réflexivités et imaginaires des acteurs
Séance conjointe du programme Non-lieux de l’exil (IRIS-EHESS) et de l'ANR LIMINAL

2019-02-13

Description :

[00:00:00:00 à 00:09:16:20] Introduction par Alexandra GALITZINE-LOUMPET et Marie-Caroline SAGLIO-YATZIMIRSKY

[00:09:16:20 à 00:32:25:20] Behrouz KEYHANI (CURAPP-ESS)

[00:32:25:20 à 00:53:25:36] Evangeline MASSON DIEZ (DynamE)

[00:53:25:36 à 01:06:43:14] Laure WOLMARK (COMEDE)

[01:06:43:14 à 01:15:46:13] Christiane VOLLAIRE (Philosophe)

[01:15:46:18 à 01:21:15:04] Discussion


Lien vers la biographie des intervenants


Présentation de la séance :

Autour de la parution du hors-série Subjectivités face à l’exil : Positions, réflexivités et imaginaires des acteurs , Journal des Anthropologues, décembre 2018.


Présentation des Non-lieux de l'exil :

Créé à la rentrée 2011 au Réseau Asie et Pacifique (CNRS), puis hébergé à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (2012-2015). Co-fondé par Alexandra Galitzine-Loumpet, le programme est dirigé par celle-ci depuis janvier 2016.
Une équipe multidisciplinaire en élabore les travaux en collaboration avec différentes institutions académiques et réseaux dans le cadre de séminaires et de programmes de recherche (EHESS, Migrobjets -INALCO, Centre espaces / écritures Université Paris Ouest, réseau Terra-HN…) de même qu’avec des acteurs des scènes culturelles et associatives. Il organise une dizaine de rencontres par an, ainsi que des colloques et journées d’étude.

Lien vers le carnet Hypotheses des Non-lieux de l’exil


Présentation de l’ANR LIMINAL :

Le programme LIMINAL porté par l’INALCO et financé par l’Agence Nationale de la Recherche traite des interactions et médiations langagières et culturelles entre acteurs en situation de crise migratoire et humanitaire, telle que celle-ci se développe en France depuis 2015 (création de camps et campements d’ampleur, développement de centres d’accueil).
Il mobilise des chercheurs de différentes disciplines en SHS (linguistique et sociolinguistique, sémiotique, anthropologie, sociologie, études sur la migration, psychologie) pour mener conjointement en cinq langues (urdu, dari, farsi, amharique, arabe) des études de terrain sur les pratiques de médiation linguistique et interculturelle dans des camps et des lieux d’accueil et d’hébergement diversifiés, formels et informels, auprès d’une pluralité d’acteurs sociaux (institutionnels, associatifs, populations migrantes).
Son objectif scientifique est d’étudier les enjeux théoriques et pratiques des stratégies d’interaction et de médiation, les malentendus ou insuffisances (usages inappropriés, mécompréhensions interculturelles, situations bloquées, émotions dysphoriques) et de proposer, à terme, des outils à destination de la recherche, des acteurs sociaux et des services publics (glossaires lexico-terminologiques multilingues, documentations textuelles et audiovisuelles, portail web, outils pédagogiques).
Ce programme de recherche offrira l’opportunité de valoriser compétences linguistiques, dispositifs de solidarité, co-actions ; de circonscrire les difficultés ; d’apporter le concours d’une recherche plurilingue et pluridisciplinaire à des éléments de formation et de documentation destinés à un large public (recherche, associatif, ONG, travailleurs sociaux, bénévoles et exilés).

Lien vers le carnet Hypotheses de l’ANR LIMINAL



https://medihal.archives-ouvertes.fr/medihal-02079270
Contributeur : Dimitri Galitzine <>
Soumis le : lundi 25 mars 2019 - 21:37:22
Dernière modification le : samedi 20 juillet 2019 - 11:19:53