Chargement de la vidéo...

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Partager

Lien
Intégrer la vidéo

Métriques

Consultations de la notice

257

Téléchargements de fichiers

2341

EXIL : L'AGIR-ENSEMBLE. HOMMAGE A ÉTIENNE TASSINSéance du programme Non-lieux de l’exil

2018-05-16

Description : Le programme Non-Lieux de l’exil rend hommage à Étienne Tassin, professeur de philosophie politique, disparu subitement le 6 janvier 2018. Spécialiste d’Hannah Arendt (Le trésor perdu : Hannah Arendt : l’intelligence de l’action politique, Payot, Paris, 1999), il a aussi développé une pensée essentielle et marquante sur les exilés. Sur la scène de l’exil, s’érige une autre édification du « monde commun » présente à travers ses écrits (Un monde commun : pour une cosmo-politique des conflits, Seuil, 2003 ; Le maléfice de la vie à plusieurs : la politique est-elle vouée à l’échec ? Bayard, 2012), un dialogue ouvert (blog Médiapart ‘La jungle et la Ville’ avec Camille Louis) et des performances (festival TAMA avec l’Archipel des devenirs, la fabrique du commun avec le collectif kom.post ,etc.). Cette séance entend revenir sur l’engagement d’Étienne Tassin et la pensée de cet engagement. A propos des exilés, il écrit: « Va-t-on (enfin) témoigner de leur extraordinaire capacité à agir collectivement, à se conduire politiquement (c’est-à-dire à ne pas céder à la violence en retour de celle subie quotidiennement), à faire preuve de civisme et d’esprit public, à penser et à agir en vue du monde à venir et non en souvenir des mondes abimés et perdus ? » (Journal des Anthropologues, ‘Subjectivités de l’exil’, à paraître 2018*). Sa proposition ouvre une nouvelle dimension pour penser l’exil qui souligne l’agir-ensemble des exilés, leur puissance d’agir et leur expérience de la liberté. Et Étienne Tassin d’ajouter : « il appartient alors au philosophe de prendre modestement sa place dans ce cirque des places et d’y faire entendre une voix autre, non qu’il s’autorise à parler en lieu et place des exilés mutiques ou bâillonnés, mais parce qu’il essaye, avec d’autres, des artistes et des associatifs, de donner à voir ce qu’on ne veut pas voir et qui est pourtant si manifeste ». Cette séance répond à son invitation toujours renouvelée de penser et dialoguer ensemble sur l’exil, à travers plusieurs voix et plusieurs disciplines.


https://medihal.archives-ouvertes.fr/medihal-02074069
Contributeur : Dimitri Galitzine <>
Soumis le : mercredi 20 mars 2019 - 14:20:00
Dernière modification le : samedi 20 juillet 2019 - 11:22:50