Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Chargement de la vidéo...

Afficher 

Licence


Domaine public

Partager

Métriques

Consultations de la notice

201

Téléchargements de fichiers

8

Introduction au colloque L'archéologie en mouvement : hommes, objets, espaces et temporalités

2010-06-23

Description : Le métier d’archéologue s’est profondément transformé dans les trois dernières décennies. De nouvelles techniques d’acquisition des données sur le terrain ont été élaborées : les méthodes de prospection permettent d’appréhender des sites et des terroirs toujours plus étendus et de manière toujours plus précise ; l’intégration de procédures normalisées et de nouvelles techniques aide à gérer une quantité d’informations dont la croissance est exponentielle ; les lieux les plus reculés sont peu à peu atteints par une archéologie de l’extrême, qui se pratique aussi bien dans les profondeurs marines que dans les déserts les plus hostiles. De nouveaux outils des sciences de l’ingénierie, de la terre, de la matière et de la vie sont mobilisés pour faire parler les trouvailles, les sites, les paysages et en tirer des informations qu’aucun archéologue du milieu du siècle dernier n’aurait rêvé obtenir. La coopération entre archéologues et chercheurs d’autres horizons disciplinaires ouvre en outre des chantiers intellectuels inédits. Elle favorise l’émergence de concepts et de systèmes de référence nouveaux, par exemple dans les domaines de la chronologie, de l’anthropologie des techniques, de l’évolution humaine, de la compréhension de l’environnement ancien et des processus de transformation des sociétés, des cultures et des civilisations. L’apparition de nouveaux domaines de recherche impose un retour sur les spécialités, les relations entre les disciplines, les aires culturelles et, évidemment, les thématiques mêmes de la recherche. La diffusion des innovations suit des parcours inattendus, mettant au jour des proximités inédites entre champs disciplinaires autrefois étanches : la dendrochronologie ébranle les fondements des datations de l’archéologie classique ; l’anthropologie de terrain transforme l’approche des pratiques funéraires antiques et médiévales ; les méthodes des géosciences renouvellent l’interprétation de la stratigraphie… Ces profondes transformations touchent la conception même que les archéologues ont du temps, de l’espace, des relations des sociétés avec leur environnement, naturel et culturel. L’archéologie occupe une place originale au sein des sciences humaines : d’une part, parce que plus que d’autres, elle est au carrefour entre disciplines historiques et anthropologiques, d’un côté, et naturalistes et physico-chimiques, de l’autre ; d’autre part, parce que les archéologues sont devenus des acteurs économiques importants qui interviennent dans la définition des politiques d’aménagement des territoires et dans la valorisation et la conservation des patrimoines de l’humanité. Ce colloque convie à une réflexion sur l’état de la discipline, ses enjeux théoriques et méthodologiques, ses perspectives d’avenir.


https://medihal.archives-ouvertes.fr/hal-02393474
Contributeur : Sophie A. de Beaune <>
Soumis le : mercredi 4 décembre 2019 - 13:53:21
Dernière modification le : vendredi 6 décembre 2019 - 01:38:11